Touch Pas au Grisbi

... Reprise des entraînements : Le mercredi 04/09 à 20h ...

Que du plaisir qu'il disait !!!



Dimanche 20/11 au petit matin, il nous était promis l’enfer : du vent, de la pluie et des larmes... Armageddon, quoi !
Pour couronner le tout, notre coach pétait un plomb sur les réseaux sociaux (genre migraine et nervousse brékdones comme on dit de nos jours) alors que les meilleurs d’entre nous voulaient modifier les règles du championnat à la dernière minute, genre réunion / élection à la Présidence de la FFR.
 
Malgré tout cela, après une sélection intense (t’es là ? t’es pas là ? : Tous ceux qui sont là étaient là...) : 11 joueurs présents à 9h00.
Le temps n’est pas à l’ouragan prévu, pas de tempête, pas de tremblement de terre...
Les terrains sont prêts, on est même accueilli par un petit café des plus sympas...
Une belle équipe avec 4 matches au programme et sous le capitanat de Caesar Imperator, notre Romain, une belle équipe au complet.
Il était annoncé un match cool contre Bourges pour commencer vers 10h...
Mais non, c’était une blague naze du Coach...
Ce sera tout et tout de suite, on commence par le meilleur, les Free (to be or not to be...) : comme quoi chez TPAG, on ne fait jamais rien comme les autres (c’est nul le meilleur pour la fin...).

Sous le haut commandement de Caesar (SPQR forever), de nombreux et fidèles soldats du TPAG avec :
* Antoine un poilu fétichiste des mascottes pourries,
* Sammy un ancien du coin,
* Soso un joueur sur le retour mais qui a du mal dans les cotes,
* Jean Charles l’agent au sifflet,
* Stéphane le Bouc,
* Paul qui veut toujours plus ressembler au père Noel (et ca commence super : il sera prêt pour le 24 décembre),
* Benoit le courant alternatif,
* Arnaud le dur alias Monsieur Muscle (sous surveillance familiale),
* Christophe l’ancien Cagoulin caché sous une moustache d’Astérix,
* et Marie notre seule fille du jour (the lonesome girl from Montesson) mais une présence indispensable et qui nous fait gagner des points.
Bref il est temps de partir jouer... et on va tout défoncer, Caesar s’équipe de ses supers crampons de vainqueur : veni, vedi, vici... !
 
Match 1 :
Malgré toutes les belles paroles de motivation matinale (honneur, combat, fierté... bla, bla, bla), lorsqu’on entre sur le terrain contre les Free, on se retrouve en mode diesel contre les bêtes de course de Free...
Pas chaud, pas envie...
Bref dépassés de tous côtés, on laisse vite filer...
Et pas d’essais à notre compteur.
Jouer sur notre terrain habituel d’entrainement aurait pu être un bel avantage, mais non, surement trop tôt pour se faire un match : TPAG devrait se renommer TPDM, « t’es pas du matin » ...
Même pas de petit cri de guerre à la fin de cette piètre prestation...
TPAG c’est comme Raoul, une histoire de réveil pénible...
Faut dire « qu’à l'affût ..., on aurait eu nos chances, seulement de nos jours il y a de moins en moins de techniciens pour le combat à pied, l'esprit fantassin n'existe plus ; c'est un tort »...

Dépités, on change de crèmerie et on passe sur le vrai terrain de rugby, l’historique...
On va se refaire sur les autres matchs.
Pendant que nos joueurs-arbitres (Sammy et Falco "der Kommissar") continuent de courir avec un sifflet en bouche cornaqués par Laurent "The Big Referee" (but no longer player... because real rugby is real rugby...), tous les autres sont en pause champêtre pour oublier ça.
Caesar tente un coup : une petite offrande aux Dieux, ça ne peut pas faire de mal...

Match 2 :
On passe à une équipe qui habite près de Disneyland...
Ca nous conviendrait mieux ? Le rythme est moins élevé, l’heure moins matinale et comme par miracle...
L’Empire contre-attaque de toutes parts sur l’O'vals Stars...
Et lui passe de beaux essais : C’est le début du festival pour Sammy, très probablement une réincarnation du cochon bondissant, tant il aime à sauter et se rouler par terre...
Forcément ensuite on est sale : Sammy, c’est l’homme de boue...
Une belle partie où on trouve le bon sens pour jouer comme il faut : C’est le Kef qui le dit, le Coach n'aurait pas démenti.
Petite haie d’honneur et petite chanson...
Mais pas de cri de guerre...
Car nous sommes sous le coup de l’événement et de l’annonce du départ de 2 joueurs...
Paul repart chez la mère Noel et Arnaud est commis d’office par madame et les enfants pour l’animation dominicale de sa jolie petite famille (Mr Muscle aura fait une percée magique devant madame et ses enfants juste avant pour bien montrer qu’il venait bien à l’entrainement le mercredi soir, que c’est pas du pipeau ou une excuse bidon pour boire des bières... bref, sortie réussie)...
 
Match 3 :
On attaque les TR91, gros morceau mais fort d’une belle dynamique...
Le Diesel se met en mode Turbo, moteur gonflé à bloc...
On tient tête sur le terrain avec Caesar en chaussettes blanches qui déploie toutes ses forces dans la bataille pour montrer qu’ici c’est chez nous...
Tout est permis, même la feinte de la moustache by Cagoulin : "tap ball" rapide pour profiter du replacement de la défense mais ballon dégueulé... La maîtrise du plongeon, c’est réservé à l’élite porcine...
Ça ne rigole pas et on reste droit dans nos bottes, respect aux vraies valeurs...
Marie, qui respecte la vie et tout et tout, refuse d’aplatir sur une si jolie chenille...
A moins que cela ne soit un trèfle à 4 feuilles... ou autre.
Pas de lézard, de haute lutte, on leur fait mordre la poussière grâce à une 21 associée à une feinte du "Bouc" appréciée à sa juste valeur par nos adversaires du moment (je cite : 'putain, merde, fais chier...’).
 
Avant d’aller plus loin, petite entracte bien méritée avec les 30 tonnes de bouffe achetées par Jean-Loup et Soso : Faut écluser !
Alors que les autres équipes continuent de jouer pour éviter la coupure du midi, nous oui on la fait la coupure !!!
Sous le regard attendri du "Schtroumpf", on s’y met et on mange, et on boit, Finley et Powerade...
Pour que ça débarrasse, faut écluser les stocks de sodas invendus et périmés du club...
Et puis ça change du vitriol (« on a dû arrêter la fabrication, il y a des clients qui devenaient aveugles »).

Match 4 :
Après un tel déjeuner, faut relancer la machine des deux côtés...
Le début est tranquille, mais crescendo on arrive vite à la vitesse de croisière avec des middles-links qui font la différence et qui envoient leurs ailiers à dame : chaque coup, c’est un coup gagnant...
Et cette réussite à l’autre bout du terrain... ça lasse, au centre du terrain, ça rumine grave... et pan, réaction - le fait du match - Benoit se voit touché par la grâce, de retour de sa période de vie érémétique...
Grâce à Romain, il quitte sa grotte, il se révèle urbi et orbi... et – découvrant la force de propulsion de ses jambes (ou plus simplement découvrant ses jambes ?) – il déborde tout le monde...
Y compris d’énergie, il file sur l’aile laissant tout le monde sur place pour marquer un énorme essai...

Bref une très belle journée avec plein de belles choses et respect total de l’exigence du coach : Plaisir !!!
Par contre, pour le cri de guerre, zéro pointé (faut répéter avant) !
Notre Caesar Imperator devant partir en vacances pour refaire le match Mayas vs Conquistadores pendant 2 semaines, et tous les autres joueurs étant plus intéressés pour aller embrasser llse et chercher une bière, nous n’avons pu départager notre Cagoulin...

Alors, une seule solution : remettre en jeu ce titre dès la prochaine sortie des TPAG.
Avis à tous : La coiffe est encore à prendre et cette fois-là – attention - Kuzco sera incorruptible !
Allez, c’est cadeau de Maitre Folace : Touch pas au grisbi, sal...pe.

Vendredi 9 Décembre 2016
TPAG
Lu 429 fois


Dans la même rubrique :

C'est la reprise - 30/08/2019

Fin de saison - 27/06/2019

Tournoi de Dourdan - 07/05/2019

Vacances de Pâques - 19/04/2019

SuperTouch MO - 20/03/2019

Compétions à venir - 09/01/2019

News de fin d'année - 18/12/2018

1 2 3 4 5 » ... 7

Le Touch... Kezako ? | Discussions autour du jeu | La vie du club | Informations | Women's Touch | Pour nous joindre