Touch Pas au Grisbi

... Reprise des entraînements : Le mercredi 04/09 à 20h ...

LA DEFENSE : Techniques Individuelles

2nd chapitre concernant la défense : Cette semaine, les techniques individuelles...




Chapitre 2 : TECHNIQUES INDIVIDUELLES

 
Même si la défense est avant tout et SURTOUT une démarche collective, les compétences et expériences des joueurs sont un atout qui la rendront plus efficace.
 

2.1 - Repli défensif

 
Etre bien placé en défense n’est pas chose aisée car l’attaque n’a qu’un but : Vous mettre hors de position (hors jeu).
Il faut donc savoir se replier rapidement, sans perdre de vue l’aire de jeu (surtout la position de l’attaque), en anticipant les déplacements des adversaires (tactiques de jeu) et en vous économisant.
Pour se replier, 3 techniques :
- La marche arrière à grande vitesse,
- la course dans le même sens que l’attaque (dos au jeu),
- la course en biais sorte de compromis les deux précédentes techniques.
Dans tous les cas, il est primordial d'anticiper votre repli, quitte à ralentir votre course avant le touché, et vous aider de votre touché pour prendre votre élan de repli.
Il ne faut donc pas « traverser » l’attaque, c’est-à-dire de continuer votre course au-delà de la marque du touché ; sans compter que dans ce cas vous risquez d'être sanctionné pour interférence dans la zone de ruck et coûter une pénalité (avec 6 nouveaux touchés).
 
En tout cas, une règle à respecter : Ne pas perdre de vue l'attaque !
Et ceci est d'autant plus vrai que vous défendez dans la zone des arrows...
Ainsi si les ailiers auront tout le loisir de se replier « dos au jeu », lorsque le jeu ne se situe pas sur leur aile, les autres joueurs ne devront pas adopter ce mode de repli car trop risqué.

Et si le repli en marche arrière peut être adopté facilement sur la quasi-totalité du terrain, à proximité de la ligne d’essai, la course en biais sera la plus efficace car elle permet un repli rapide tout en conservant une vision sur le jeu.
 
Pour réussir un bon repli "en biais", il faut savoir toucher son adversaire de la bonne façon :
  • Si je me replie en biais sur ma droite, je touche l’épaule droite (la gauche, pour l’attaquant) avec ma main gauche. Ainsi je suis placé idéalement pour me replier au plus vite. La position des pieds est importante : Le pied en avant correspond à la main qui touche (pied gauche/main gauche). Ainsi vous serez en position pour reculer et anticiper votre replacement.
  • Si je souhaite me replier sur ma gauche, je touche l’épaule gauche de l’adversaire (l’épaule droite pour l’attaquant) avec ma main droite, pied droit en avant.
Bref entrainez-vous sans cesse à ces gestes simples, ce seront de précieuses secondes gagnées.

2.2 - L'ailier

 
Si en attaque, nous distinguons 3 postes, « Middle », « Link » et Ailier (« Wing »), en défense il n’y a pas vraiment de poste ; la défense étant une affaire d’équipe et d’abnégation d’un individu envers le groupe.
Toutefois de part les tactiques de jeu d’attaque, il existe un poste de défense « sensible ».
C’est celui de l’ailier.
En effet, plus l’adversaire s’approche de la ligne de la ligne d’essai plus la défense doit se resserrée.
Ce resserrement entraîne automatiquement la libération d’espace sur l’aile opposée (ou les ailes si l’action est au centre).
Et l’adversaire aurait tort de ne pas en profiter…
 C’est pourquoi l’ailier va avoir un rôle important à tenir, en anticipant les ouvertures du jeu vers son aile et en appelant ses partenaires à être vigilants et à glisser, pour fermer les espaces libres.

Par ailleurs, de part sa position, l'ailier a le plus souvent une vue générale des lignes de défense et des mouvements du jeu de l'attaque (sauf quand il est impliqué personnellement dans les phases défensives).
C'est donc lui le plus à même de "piloter" la défense, annoncer les touchés et anticiper les attaques à venir.
Il est naturellement "élu" au rôle de "capitaine de défense" mais nous reviendrons sur ce rôle dans un autre chapitre...

2.3 - Défense sur adversaire rapide

 
Nous trouvons toujours un jour, plus rapide que soi.
C’est pourquoi dans votre manière de défendre, vous devez anticiper votre faiblesse et la compenser.
Comment ?
En « informant » l’adversaire.
En l’obligeant à jouer là où vous l'avez décidé.

Il est indéniable qu’en sport, comme dans beaucoup de domaines, la psychologie a un rôle important.
Et ce domaine est d’autant plus important que le niveau des équipes est proche (les exemples ne manquent pas de joueurs de haut niveau qui « dégoupillent » suite à des provocations ou des « chambrages »).
A notre niveau cela marche aussi…
Nous ne vous encouragerons pas à provoquer votre adversaire, ce n'est pas très fair-play !
Mais si vous vous trouvez face à un attaquant que vous savez plus rapide, dès lors qu’il recevra la balle, voir même légèrement avant, votre tactique va consister à lui imposer un seul choix d’attaque.
Par exemple, vous vous décalerez un peu plus vers l’aile extérieure (en défendant sur l’épaule extérieure de votre adversaire) pour dissuader l’attaquant de vous déborder et l’obliger (inconsciemment) à repiquer vers le centre où l’attendent vos camarades de défense.

Autre exemple d'information à utiliser face à l'adversaire : Le bluff.
Dans la nature, lorsqu’un animal se sent en danger, et qu’il ne peut s’échapper, son réflexe est d’intimider son adversaire et de se faire plus imposant qu’il n’est.
Et bien figurez-vous que pour nous ca marche aussi !!
Ainsi si au dernier moment vous écartez les bras, vous occuperez un espace important à même de dissuader votre adversaire de tenter le "1 contre 1", et ce sans qu’il en ait vraiment conscience.
Une sorte de bluff en quelque sorte…
Il hésitera et préfèrera certainement passer la balle à un partenaire ou prendre le touché.

Dernier point : Défendre sur un adversaire rapide va vous obliger à une meilleure réactivité.
Et il est clair que pour être réactif il faut se tenir prêt à réagir.
Or on voit trop de défenseurs se tenir droit, jambes raides, sur les talons...
Dans une telle position, le temps de réaction sur une accélération de l'adversaire ou sur un plongeon sera désastreux.
Il faut donc que le défenseur s’attende au pire, genoux légèrement fléchis, sur la pointe des pieds (si possible) et en mouvement.
En tennis, on apprend à sautiller légèrement en attendant le coup de l’adversaire et pour se replacer. Le principe est ici assez proche. Rester en éveil...

2.4 - Gagner le touché

 
Pour l’attaquant comme pour le défenseur, il est crucial de gagner le touché.
Comment gagne-t-on un touché ?
Nous avions déjà abordé ce point dans le thème « les 5 P » (voir le menu « Documents » du site pour ceux qui auraient oublié…).
 
Vous n’êtes pas sans savoir que le Touch est un jeu basé sur 4 principes : Gagner du terrain, marquer des essais, effectuer des remplacements et défendre.
Et pour gagner du terrain, quoi de mieux qu’imprimer au jeu suffisamment de vitesse pour mettre la défense hors de position (hors jeu), ne lui laissant pas le temps de se replier.
Et gagner en vitesse de jeu nécessite de grappiller du temps dans l’exécution d’un roll-ball, phase propice et nécessaire pour l’établissement d’une ligne de hors-jeu.
On va gagner du temps sur la course des joueurs, sur le temps entre le touché et le posé du ballon, sur le temps entre le posé du ballon et la passe du demi vers le "toucheur" (joueur arrivant lancé et dont le rôle est d'aller au touché).

Maintenant, focalisons-nous sur le premier temps d'un roll-ball : Le touché.
Le but du porteur du ballon va être de perdre le moins de temps entre le touché et le posé du ballon, et mettre le défenseur "hors de position".
A contrario, et c'est ce qui nous préoccupe, le but du défenseur va être de gagner du temps pour sa course de repli.
 
Cela implique quoi ?
  • Alors que l’attaquant essaie de toucher le défenseur sur le côté (à la hanche) et poser la balle derrière ce dernier, le défenseur lui, essaiera de se positionner face à l’attaquant pour l’empêcher de progresser.
Il y a donc une « lutte » entre les deux joueurs pour gagner la position du touché.

  • Autre point important : Alors que l’attaquant essaiera de poser la balle en même temps qu’il touche le défenseur, afin de gagner du temps dans l’exécution du roll-ball, le défenseur essaiera de toucher l’attaquant alors que ce dernier se tient droit.
Le temps séparant le touché du posé du ballon, sera plus important, permettant au défenseur d'être déjà en phase de repli lorsque le demi prendra possession de la balle.
Par ailleurs, il est plus facile pour un défenseur de prendre son élan de repli en touchant un adversaire debout  (en prenant appui sur l'épaule de son adversaire).

  • Dernier point : Le défenseur devra impérativement anticiper sa phase de repli. Ceci sous-entend que le touché devra être dynamique. En clair : Un défenseur ne doit jamais toucher son adversaire dans une position figée, sur les talons.

2.5 - Défense de zone

 
En Touch, les défenseurs « débutants » ont l’habitude de raisonner en défense individuelle, se positionnant face à leur adversaire. C’est plus rassurant…
Cette situation est à nuancer.
En effet la défense en Touch doit être un savant mélange entre défense de zone et défense individuelle. C’est donc presque à la fois une technique collective et une technique individuelle.

La défense de zone amène les tactiques défensives collectives (glisser,  couper les extérieurs, défendre en « rush » sur dernier touché, anticiper les redoublées et croisées, etc…) et permet ainsi de rendre la défense beaucoup plus efficace.
Elle permet aussi de « cimenter » un groupe car elle ne fait pas forcément appel à des prouesses physiques et offre donc à tous une possibilité de participer de façon efficace au résultat (ne pas prendre d’essais).
Pour exemple, et pas des moindres, on voit souvent l’équipe NZL perdre ses finales contre l’AUS et ce malgré la présence de joueurs doués et performants.
Mais en face il y a une équipe qui joue et défend formidablement bien ensemble, et le talent individuel des blacks se casse alors les dents sur cette organisation.
 
La défense de zone permettra aussi d’éviter de voir deux défenseurs aller au touché, comme nous le voyons trop souvent, et ce qui mène à la situation où 2 joueurs (sur 6, soit 1/3 de l’équipe) sont potentiellement hors-jeu.

Alors quand intervient réellement la défense individuelle ?
Finalement il n’y a que le passage du porteur du ballon dans la zone d’essai, qui motive une défense individuelle stricte : On parle alors de technique en « miroir » où chaque défenseur s’occupe d’un attaquant et un seul, en oubliant toutes notions de défense collective.
 
Avouez que c’est bien peu…

Mardi 4 Février 2014
TPAG
Lu 4546 fois

Le Touch... Kezako ? | Discussions autour du jeu | La vie du club | Informations | Women's Touch | Pour nous joindre